Couches ou pipi-culotte.

Venez parler de ce fantasme aussi appelé ondinisme...

Modérateur : Notre fabuleuse équipe de modération

Avatar de l’utilisateur

Topic author
jeanlapisse
Ondiniste amateur
Messages : 73
Inscription : 17 juil. 2017, 14:52
x 46
x 42
Gender : Male

Couches ou pipi-culotte.

Messagepar jeanlapisse » 24 mars 2019, 11:45

Toi, dis-moi, il t’arrive de porter des couches ou préfères-tu toujours faire pipi dans ton pantalon ?
L’un n’exclu pas l’autre, ça dépend des circonstances, me diras-tu.
C’est vrai. Moi, je porte parfois des couches et je mouille souvent mon jean.
Et alors ? Histoire de goût poursuivras-tu.
Le goût ? Oui, peut-être. Ça existe évidemment mais moi, ça ne me plait pas, ça ne me suffit pas.
On n’est pas face à un choix, à une opposition mais plutôt face à du flou, à de l’ambigu.
Porter des couches et faire du pipi-culotte ce n’est pas pareille, ça diffère et en même temps ça se ressemble. On prend tous plaisir à pisser sur soi, contre soi, là où il ne faut pas, pas dans la cuvette. On joue, en l’absence de problèmes médicaux, à être incontinent.
Incontinent, mot important, chargé d’histoire. L’incontinence est l’inverse de continence, vieux terme moral, sexuel, synonyme de chasteté.
Certes, le médecin à pris la relève du prêtre et du moraliste. Il convient maintenant de contenir le pipi-caca et non plus sperme et autre liquides sexuels.
Mais nous, nous qui jouons avec nos pipis, sommes-nous vraiment incontinent ? Jouons-nous vraiment à l’être ?
Renonçons-nous vraiment à nous contenir, à retenir, à tenir comme il convient ces fluides « impurs ».
Ou bien, ou bien…
Ou bien porteur de couches comme adepte du pipi-culotte cherchons-nous à être continent autrement.
Car c’est étrange, quand même ! On joue à côtoyer le désespoir, à remplir notre vessie jusqu’à n’en plus pouvoir. Et quand on craque, c’est dans notre pantalon. Le pipi sorte de nous, colle à nous, comme si on voulait continuer à le contenir, à demeurer continent. Et le porteur de couches, lui aussi, fait pareil. Il ne se retient pas, il se laisse aller mais l’urine ne fait que gagner une seconde vessie. Elle demeure contenue au contacte de sa peau.
DL ou pisseur en fringues, nous nous y prenons différemment mais nous sommes tous à la recherche d’une étrange continence ; une continence qui n’est plus ni la chasteté ni la propreté, une continence qui est ce grand point d’interrogation, ce vide, cette béance qui simultanément nous fait pisser et penser. Cette continence est cette question qui ne quitte pas nos têtes, même si, par lassitude, nous ne la formulons plus. Pourquoi faisons-nous ça ? Pourquoi ce plaisir est-il si mental ?
2
Je suis accro au pipi. Mon matelas, mes draps, mes slips et mes jeans en profitent bien.

Revenir vers « Pipi-Culotte »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Genevois et 0 invité